Jacqueline Fischer – Histoire de mon jardin : le mystère des roses géantes.



Plantés là depuis de vieilles lunes ces rosiers quelle que soit leur espèce sont depuis des années atteints de désir d’atteindre l’empyrée, le zénith ou enfin quelque chose dans ce genre. J’ai beau les tailler aussi court que je peux, les ratiboiser plusieurs fois l’an, quoi que je fasse ils se mettent à me faire des rameaux bien droits qui atteignent le toit de la véranda. Et le dépassent D’abord je me suis dit :  » bon c’est la qualité de la terre, du remblai » , mais j’ai dû éliminer cette explication puisque de l’autre côté de la porte le rosier Atlas, lui garde sa taille raisonnable tandis que les tequilas, l’impératrice d’Iran et le jardin de Villandry censés tous trois ne pas excéder un mètre de hauteur continuent à développer leurs ambitions ; quoi que je fasse pour tenter de les ramener à plus de modestie. Et voilà qu’hier les contemplant, l’idée m’est venue soudain façon :  » bon sang c’est bien sûr  » Placés devant une vitre et s’y reflétant, ils sont atteints de narcissisme (vous m’accorderez que le narcissisme vu ses origines, peut bien être végétal). Leur ego tout heureux de leur belle apparence se met à aspirer à l’air des cimes …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s