Sève de bohème – Olivier Lechat

De Ménilmontant, où l’esquisse d’un parquet de bois fleuri
Cire ses affres de jeunesse
Le voyageur-archiduc des moissons d’automne
Affrète son agrégat de pensées bohèmes…
A l’arrière-boutique des convenances
A-t-il oublié le doux parfum de sa mère ?
A-t-il oublié les limbes de ses langes ?
A-t-il oublié l’odeur des fruits mûrs
De son enfance ?
Il ne sait et ne sait même s’il existe
Mais le cartel Louis XVI boit sa porcelaine
Aux tintements de son café liégeois
Peut-être goûtera-t-il à une Chicha de jora
Sur les hauts plateaux des Quechuas
Peut-être jouira-t-il des fabuleuses luminances
Des boréales du pays Lapon
Peut-être invoquera-t-il le puissant silence des mânes
Avec les nobles guerriers bantous
Peut-être se désaltéra-t-il de sa dissolution dans le divin
De sa fusion avec sa conscience cosmique
Avec la sagesse spirituelle du grand Sâdhu
Peut-être entrera-t-il en vibrations d’osmose
Sur les drapés symboliques du moine bouddhiste
Aux rives du Mékong
Jusqu’au tréfonds de son être intérieur
Il puisera, de ces saveurs migratoires
La sérénité des archanges des lumières
Et avant que vous n’eussiez dégusté votre café
Il aura tournoyé dix fois autour de la terre
Et rentrera pour le dîner aux chandelles…

Texte-photo : Olivier Lechat


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s