Olivier Lechat – Point de rupture


Au capharnaüm de la ville en pénombre
Flirtant d’avec ses propres fissures
Le vieux monsieur au visage buriné
De ses affres estampées de morsures
Epince les noeuds du trémolo de sa vie
Le hiboux, caché dans le sang des hommes
Hulule ses croisades sur les pavés impassibles
Sur le dessus de la porte de l’estaminet
Des belles dentellières
Bécote un Paris-Soir provocateur
Les bonhommes en bourlingue, s’enivrent
De la becquée d’un ballon rouge-burlesque
Il en fait du boucan ce drolatique barman !
Il claque ses bottines sur la poisse
De ses clients-lézards
Mais la ville est dévotion…
Dévotion de ses propres peurs
Dévotion de ses non-vies
Dévotion de ses attentes sans fin
-Point de rupture-
Alors, je marche encore et encore, et toujours
Et je bois le suc de cette ville théâtralisée
De nos vies si fragiles…
Bois mon sang que je mêlerai à ta chair
En offrande de nos jours heureux !

Photo prise dans le vieux Lisbonne O.Lechat



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s