Kobayashi Issa -Haïkus

Au nourrisson
Il sert de pare-vent
L’épouvantail.

Sur la montagne
La lune éclaire aussi
Le voleur de fleurs.

Envolée
La première luciole
Du vent dans ma main !

Le gros matou
Dort comme une masse
Sur l’éventail.

Sous les fleurs de cerisier
Grouille et fourmille
L’humanité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s