Nicolas Gouzy – Essence

Qu’est-ce qui m’est essentiel ? Mon sentiment tient à peine dans l’immensité de notre essence-ciel ; j’y crois telle une âme géante, buvant avec avidité les ondées de sens qui en pleuvent pour donner sens à ma vie et m’y cacher de la foudre humaine. J’ai sens plus que je ne le fais. Je me sens coupe à emplir de vin ou d’eau, page à couvrir de mots, fruit à trancher pour y chercher l’amande, coque à calfater pour la haute mer, armure à percer pour transpercer ton coeur. Je reste vide et vacant pour t’être utile. Creux et dissonant pour t’entendre rire. Rare et absent pour n’être que surprise, fou et grave et je compte les gouttes de pluie, je note les larmes des enfants amoureux, je pleure les affamés de la vie. Essentielles ? Elles. Elle m’est essentielle. Elle m’élève comme elle m’a élevé. Je ne fais pas des vacuités profanes l’essentiel de ma vie. Mon essentiel est au ciel de sa vie, au sens de sa vie ; je n’y suis qu’un nuage prétentieux, une ombre et une averse. Mon essentielle est une flambée où je ne suis qu’une étincelle. Le reste est superflu. Le reste m’ennuie.

Jean-Siméon Chardin, le peintre de l’essentiel. Le Gobelet d’argent / 1768

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s