Du bon usage de la langue française, Jacqueline Fischer. Impératif !

-Arrêtes de m’ennuyer !
NON : Arrête de m’ennuyer.
Erreur très fréquente au point qu’on se demande si un jour elle ne deviendra pas l’usage !
Due au fait que le verbe est senti comme une deuxième personne, ce qu’il est ! Avec un sujet tu sous-entendu. Renforcée par le fait que : aux autres groupes, on met le plus souvent un S, sauf au verbe aller qui s’écrit Va ! En effet, on écrit prends, tords etc… Qu’on ajoute parfois un S pour éviter un hiatus c’est-à-dire le contact de deux voyelles, mais ce S là n’a rien à voir avec la deuxième personne du singulier.
Exemple : manges-en, on trouve également va-t-en !
Pour les curieux :
Un bon moyen de retenir est de savoir pourquoi on écrit par exemple  » tu aimes  » à l’indicatif présent et « aime » à l’impératif, deuxième personne du singulier. Encore un souvenir du latin.
Aime en latin se disait ama sans S. Tu aimes se disait « amas « , et le tu sujet n’était pas exprimé, mais le S s’entendait. Justement dans une langue où toutes les lettres se prononçaient, ce moyen permettait de distinguer les deux formes.
Le français a aligné les verbes de premier groupe, ceux dont l’infinitif est terminé par er sur la première conjugaison latine et a donc gardé ici ce souvenir de l’impératif latin. En revanche, pour les autres groupes, c’est la deuxième personne avec sa marque « normale » qui l’a emporté.

En pratique, passez par l’infinitif : si c’est terminé par er ne mettez pas de S. Et ça marche aussi pour aller ! On peut y ajouter le  » sache  » de savoir.
Exemple : vous avez une furieuse envie d’écrire  » écoutes-moi « , plus « logique » selon vous. et bien non car l’infinitif est « écouter  » donc er. On écrira ainsi à l’impératif :  » écoute-moi. « 

En revanche vous voulez écrire prendre à l’impératif, l’infinitif n’étant pas en er, vous gardez le S à l’impératif ;  » prends cette montre « . Je pense que c’est clair, non. Infinitif en ER pas de S à l’impératif.
De même vous voulez écrire  » Va  » pour l’impératif aller( er ) donc pas de S. Attention ça se complique on dira  » vas-y  » avec un S parce qu’il est suivi de Y. De même  » garde-toi ‘du verbe garder (er ) il n’y aura pas de S car il est suivi de T(oi ). Mais pour  » gardes-en  » pour demain en entraîne le S. En clair pas de S à l’impératif pour les verbes en ER s’ils sont suivi d’ Y ou d’un T, dans tous les autres cas pas de S.
Méfiez-vous aussi de la tournure très familière du langage parlé «  T’apportes le vin samedi «  ?
employé pour dire en fait  » tu apportes « . Ce n’est donc pas un impératif mais il semble que cette façon d’écrire, se répandant, provoque une contamination.
En langage français soutenu le U de  » tu  » ne s’élide pas. Seulement, l’usage fait ce qu’il veut et introduit des confusions supplémentaires.
( in  » Mots justes et accords parfaits « – éditions Jacques Flament – livre en vente chez l’auteur- dont le but n’est pas de tacler les erreurs mais d’expliquer A-pourquoi on écrit ainsi ? B- pourquoi on se trompe ? (moi comme les autres parfois).
Jacqueline Fischer

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s