Elisa Ka – Abri côtier


Astérie ondoyante sur l’ourlet d’une vague,
Brûlée par les rayons solaires d’un midi qui s’incline,
Rayonnant de ses feux jusqu’à l’éblouissement final,
Il s’étire langoureusement au bord des rives bleutées.


Cerné par les vents marins qui défrisent les nuages,
Ouvert à cor et à cri jusque dans ses entrailles,
Témoin silencieux des caprices célestes,
Il reste ancré à ce bout de terre promise,
Embrassant d’un clin d’oeil et le ciel et la mer,
Reclus volontaire d’un Eden sans frontières…
BaBeL

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s