Les coups de gueule : l’actu de Pierre Thevenin

Télérama (17 mai) : « En léger différé » : Encore une fois, le regard mi-amusé mi-agacé de Samuel Gontier : là, il s’est limité à une seule chaîne, BFMTV, à propos de l’attaque nucléaire qui devait être annoncée le 9 mai, jour anniversaire de la victoire soviétique sur les nazis (les vrais). En attendant, dès le 7, un reporter de la chaîne assiste aux répétitions : « Là, c’est l’Iliouchine II-80, le fameux avion de l’Apocalypse (celui depuis lequel le chef du Kremlin doit diriger les opérations hiroshimo-nagasakiennes). Faut-il avoir peur ? Pas du tout, explique un général (dans toutes les émissions sur la Russie, on a droit à au moins un général de service : la plupart du temps, c’est Trinquand. Dommage que Pierre Servent ne soit que colonel, pas assez gradé pour émettre un avis compétent). Ce coucou est-il si impressionnant ? « Non, « renchérit un autre étoilé, « L’équivalent américain, le E-4, s’appelle aussi l’avion de l’Apocalypse (ou de la peau de Calypse, comme disait Bérurier dans « Sale temps pour les mouches »). Vous ne voyez pas ce que ça a de rassurant ? Franchement, moi non plus !

Attendez, ce n’est pas tout : « On voit le Topol-M, un missile balistique intercontinental. Il tire cinq cents fois Hiroshima ou plus. Je vais expliquer avec un stylo quatre couleurs. Vous avez quatre cartouches, imaginez que ce sont les têtes, quand le missile est tiré, elles vont se disperser et atteindre plusieurs objectifs ».

Su-35 S

Je ne vais pas m’appesantir sur les chars qui, eux, sont assimilés à des « taille-crayons » (et vivent les papetiers, ma mère!). Car il y a d’autres avions : « On a un Su-35 S . Un avion de quatrième génération, le must » : ces veinards d’Ukrainiens en salivent d’avance ! Et puis, soudain, la faille : « Là, c’est le SU-33 … Il se peut que ce soient des SU-29, on a un petit doute ». Ça part d’une belle honnêteté mais ça nous laisse sur notre faim. Saura-t-on un jour s’il s’agissait de SU-33 ou de SU-29 ?

Tant pis, poursuivons : « C’est une immense fierté pour les Russes, cet armement ». Pour sûr mais une dénommée Olga Prokopieva, une militante pour les libertés, esprit chagrin s’il en fut, rompt le charme : « C’est un outil de propagande. Des paillettes que l’on jette dans l’esprit des Russes ». Il y en a toujours (vous remarquerez que ce sont souvent des femmes) qui prétendent s’y connaître mieux que les spécialistes !

Pierre Malinovski

Enfin, le grand jour arrive et l’on spécule sur le discours tant attendu de Poutine. Annoncera-t-il la guerre mondiale ? Pour dévoiler à l’avance la teneur de ses propos, on a (théoriquement) beaucoup mieux qu’un haut gradé : Pierre Malinovski, un type qui a quand même le brevet des collèges et qui, surtout, fut légionnaire, puis assistant au Parlement européen, proche des Le Pen et donc du petit tsar, dans les secrets du Kremlin : « Que faut-il attendre du discours de Poutine ? Réponse, franche mais désespérante, du breveté Malinovski : « Personne ne peut savoir…Le Poutine actuel, je ne peux rien vous dire dessus ». C’était bien la peine de venir ! Et Bruce Toussaint de trépigner et d’insister lourdement : Mais … « Que va dire le président russe ? ». Il faut comprendre : ledit Toussaint a présenté quelque temps « C dans l’air », une émission où, la veille d’un débat électoral, on fait des pronostics sur ce qui va être dit et où, le lendemain, on commente ce qui a été dit et même ce qui aurait pu être dit.

Comme si ça ne suffisait pas, coup de tonnerre : on apprend avec effarement que le défilé aérien est annulé. Pourtant, « ça fait un moment que la date du 9 mai est mobilisée sur les chaînes de télé… Le défilé militaire était beau, comme tout défilé militaire (tu l’as dit, bouffi !), mais pas grandiose ». Hélas !

Ces chefs troufions n’ont vraiment aucun respect pour les chaînes d’info, leurs téléspectateurs et surtout les Ukrainiens qui prennent sur la tronche des bombes venues d’OVPVI (objets volants pas vraiment identifiés). Car se faire zigouiller par des SU 33 ou des SU 29, ce n’est pas du tout comparable. Enfin, je présume : personnellement, n’ayant été qu’un vague projet en 45, je n’ai encore jamais été bombardé. Si ça devait m’arriver, je crois que ma préférence irait finalement au SU 35 S de première génération, le must. Mais aurais-je le choix ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s