Véronique Lagarde

tu penses le jour
le jour est à creuser
un jour de roche avec au cœur ses siècles de granit

dans cette cécité diurne
il se cacherait quelque chose
un mot attendrait sur le seuil
une intention abstraite
tu interroges ce qui parle à voix basse
dehors un bruissement d’ailes
il te faut dire à rebours les mystères
la lie
l’oubli
tout désapprendre
y fondre la nuit
le souffle du silence
du bout des lèvres déranger les légendes
troubler le sommeil des pierres

Collage: Francesco Chiacchio 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s