Julius C’anar Cauchois – Un feu de folie

Un feu de folie
Ton aéroplane
Planait son aérophagie
Au-dessus de nos plaines
Enrosées de champignons
Bleus et de bleus de bombes
Ce matin je creuse ta tombe
Toi le compagnon
Toi les mains à mitaines
Qui ce matin rends les Algies
Froides et larmes et l’âme
.
Ce matin se plaît la paix
Se gagne dans les campagnes
Et le paradis est reconquis
Les villes et vallées si libérées
Mais y laissent ton ombre
Pour notre vivre en nombre
Toi le sacrifié
Toi l’ami hardi
Tout à ton sacrifice et à ta hargne
Pour que recoule notre lait
Où les statues de ton aéroplane
Chantent nos mairies de vies

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s