Jo Cassen -Madame (rondeau)


Madame qui m’abreuvez d’un fantasme,
Du désir caché, du rêve d’orgasme,
De nuits brûlantes, de matins fiévreux,
De la volupté d’un corps douloureux
Ne poursuivez-vous pas un ectoplasme ?
Vos images, vos mots, un cataplasme ;


Le vertige irréel de jours heureux,
De soirs inventés, desseins sulfureux,
Madame…


Le lyrique vautré dans le miasme
Travestit l’authentique enthousiasme ;
Le glauque émerge et nous sert le scabreux,
Triste moment où rien n’est savoureux ;
Comment aimer un vulgaire marasme ?
Madame…

« Fabuleux égarements »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s