La voix des poètes – non à la guerre -Janine Martin-Sacriste

Après les mots rouges
sont venus les mots beiges.
Ces mots sans percussion
ces mots qui usent et s’enfuient
avant d’avoir fini
de perforer le tissu.
Ces mots sans importance
Tuent plus sûrement
que couteaux aiguisés.
Ces mots s’insinuent
sapent ce qui subsiste d’espoir
de bleu et de jaune.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s