Du bon usage de la langue française, la nouvelle chronique du blog de Jacqueline Fischer.

Jacqueline Fischer

La langue française plus ça va plus elle se perd, certes il faut vivre avec son temps mais la  » nov langue  » ne doit pas pour autant nous empêcher de connaitre l’orthographe, la grammaire et la conjugaison et de les utiliser correctement et à bon escient. Notre langue est riche de plus de 85000 mots et pourtant on utilise en moyenne 5000 mots pour s’exprimer (600 suffirait pour se faire comprendre de façon correcte). C’est dire le vocabulaire à côté duquel nous passons, sans compter tous ces subjonctifs oubliés qu’affectionnait mon ami Henri Merle et qui parfois soupirait devant des fautes de français dans un journal, un livre, un poème  » Ah le bien écrire comme le bien parler se perdent ma bonne dame, m’avait t- il dit il y a bien longtemps !  » ! Alors que Jacqueline accepte de nous offrir une chronique mettant à l’honneur ce  » bien écrire « et « ce bien parler  » me comble de joie et aurait certainement eu l’aval de mon brave Riton. Et donc le moins que l’on puisse faire c’est utiliser notre belle langue de bonne et belle façon, de retrouver le gout de la langue française telle qu’elle devrait être et c’est ce que Jacqueline nous offre avec cette nouvelle chronique grâce à des articles simples mais intéressant. (et toujours avec une petite pointe d’humour)

Jacqueline Fischer, les fidèles lectrices et lecteurs du blog la connaissent bien puisqu’elle fait partie des plus de deux cents poètes et auteur(e)s que nous mettons en ligne depuis plusieurs années, fut aussi professeur de Lettres de Classiques( ceci explique sans doute son affection pour la langue française )… Son amour du  » français  » se retrouve dans ses écrits, nouvelles courtes, textes et poèmes. Et comme elle aime cette langue compliquée, certes, mais si divinement savoureuse, Jacqueline partage cet amour grâce aux posts qu’elle met en ligne de temps à autre sur son FB et qui désormais feront l’objet d’un article sur le blog le 1er vendredi du mois.

Pour en savoir plus sur Jacqueline, vous pouvez lire l’article que le Dix Vins Blog lui a consacré en suivant le lien ci-après : https://ledixvinsblog.wordpress.com/2021/01/05/jacqueline-fischer-artiste-poetesse/

Voilà donc le blog enrichi d’une nouvelle chronique et pas des moindres puisqu’elle nous offre de (re)découvrir notre belle langue française et d’apprendre à l’utiliser de la plus belle des façons ! L’ensemble des membres du blog se joint à moi pour te souhaiter ma chère Jacqueline  » Bienvenue au Dix Vins Blog  » une sacrée aventure qui fêtera ses treize ans d’existence le 9 mai prochain !

Elsapopin, co-fondatrice du blog

Quelques mots de Jacqueline pour nous parler de sa chronique

Déformation professionnelle, sans doute, je suis agacée par certaines erreurs. J’ai été professeure  certifiée de Lettres Classiques. J’ai enseigné en collège, par choix, de 74 à 2002, et j’ai animé un projet pour les élèves en très grande difficulté dans mes dix dernières années d’enseignement. J’en ai conclu qu’asséner des règles, du par cœur, ne fonctionnait pas sur toutes les formes d’esprit, et que sans être laxiste et en restant exigeant, on pouvait améliorer le français de chacun, enfant ou adulte. Malheureusement la première chose à avoir c’est le désir de le faire.  Et ne pas croire qu’on sait tout même si on a enseigné le français !  J’apprends à chaque billet que je rédige.

 Dans cette rubrique , Je vous ferai part faire part de mes agacements d’amoureuse de sa langue. On écrit parfois très mal sur internet., y compris, parfois, dans des articles spécialisés sur la langue française.

Je ne parle pas du langage familier – voire des raccourcis SMS, qui sont des codes différents, pas non plus des fautes de frappe qui sont maladresses de clavier, ni même de ce qu’on nomme globish, cette invasion de l’anglo-saxon mal parlé mêlé à un français approximatif, c’est du ressort d’un usage actuel et contre l’usage, on ne se bat qu’en évitant d’utiliser – mais du français qui se voudrait correct et ne l’est pas… Le pire n’est pas l’ignorant, mais celui qui croit qu’il sait. Et ne sait pas.

J’ajoute que je ne vise pas les personnes qui ont eu de réelles difficultés d’apprentissage, et que je comprends parfaitement les gens qui estiment que cela n’a aucune importance du moment qu’on est compris… J’admets toute évolution de la langue qui prouve qu’elle est vivante et s’enrichit, mais évoluer et dire n’importe quoi, n’importe comment sont deux choses différentes.  

Je me suis appuyée pour l’écrire autant sur la psychologie de l’erreur, si je puis dire, que sur mes connaissances en orthographe et grammaire. Le plus difficile quand on se trompe est de s’en apercevoir et de le reconnaître (tant est grande la force de l’usage, même s’il est personnel et fautif !).  Dans la mesure du possible, j’ai expliqué pourquoi on se trompe et surtout pourquoi on écrit ainsi et enfin comment éviter de recommencer (persévérer est diabolique !) Et puis même si on a une orthographe irréprochable (ou qu’on en est persuadé) on peut avoir la curiosité de savoir un peu plus…

Jacqueline Fischer

3 commentaires

    1. Merci c’est une idée que j’avais depuis un petit bout de temps et jacqueline aussi on a donc mis nos idées en commun et créer cette nouvelle chronique de façon simple et avec humour et bonne humeur je connais ta page j’y vais régulièrement comme celle de tous les poètes et auteurs du blog (vous êtes plus de 200 d’où le second blog) et de temps a autyre je te pique une poéme ( je suis une petite pie voleuse qui n’aime que le beau ! )

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s