Fables et fabulistes : Les Fourmis – Augusta Coupey (1838-1913)


Les fourmis sont industrieuses,
Actives et laborieuses ;
Elles amassent pour l’hiver
Le blé, le moucheron, le ver.
Fêtus de foin, fêtus de paille,
Fruits, bois, genêts, fraîche semaille,
S’entassent dans tous leurs celliers,
À faire crouler les piliers.
Mais bête, insecte, humain, n’ont part à ces richesses ;
La fourmi n’a jamais donné ni fait largesses
D’un atome, d’un grain,
Au prochain.

Aussi l’homme détruit les vastes fourmilières,
Écrase sans pitié les milliers d’ouvrières,
Qu’il met avec raison, de son chef, hors la loi,
Car l’on n’est bon à rien quand on n’est bon qu’à soi !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s