La voix des poètes- non à la guerre : Jo Cassen -Un cri dans la nuit

(terza rima)
Ne pouvais-tu te taire et face à la détresse
D’innocents condamnés, t’abstenir de crier ?
Le monde malvoyant est fier de sa paresse.

Et toi triste poète, il t’échoit de prier,
Nul ne veut consentir à déclarer la guerre,
Pas même l’affronter, ou la contrarier…

On chercherait en vain ce héros qui naguère,
Brisait de sa vindicte un docile troupeau
Désireux avant tout, d’un bien-être vulgaire.

Le brave occidental tient surtout à sa peau,
La mort de l’étranger est un mal subalterne ;
Aujourd’hui chacun sait : ceci n’est que pipeau !

D’ailleurs entendez bien, voyez qui se prosterne
Ebloui par l’allant de l’infernal sanglant ?
Les lettrés éclairés en panne de lanterne !

Et leur prenant le pas, le cortège beuglant
Des étroits de chandelle avides de se dire
Qu’ils ont un vrai savoir, un sérieux cinglant.

Rejoins ta solitude et cesse de médire,
La rigueur de tes mots, le tragique des maux
N’empêcheront jamais le plaisir d’interdire.

Quand les rois sont valets, où sont les gens normaux ?
« Fabuleux égarements »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s