La voix des poètes – non à la guerre -УКРАЇНА 2022 -Henri Baron

Être après la nuit sans fin
être au picotement de l’aube
dans le froid
le vent
mais être
être aux premières loges
voir s’étirer le soleil
sous la caresse des nuages
jour après jour
ciel après ciel
à nul autre pareil
sentir le beau jusqu’à s’en éblouir
sentir le chaud irradier les profondeurs de l’intime


Mais

debout
vivant
savoir qu’au-delà des haies
des champs
des villes invisibles
du silence et des chants d’oiseaux
des rires des enfants sur le chemin de l’école
résonnent
l’humiliation
la haine
la violence
la mort

Dommage collatéral la nomment les pervers –
sous les chenilles des chars
les tirs de canon
de missiles
les drones tueurs
les soukhoï


La vie n’a pas de sens pour le capital
et ses va-t-en-guerre
assassins d’humanité
ses diplomates aux mains ruisselantes
aux poches pleines
aux cris d’orfraie
aux jeux de puceaux effarouchés


S’il faut que le sang coule
ailleurs que dans les veines
de l’ouvrière et du paysan
de l’enseignante et de l’infirmier
de l’artiste et du caissier
de la chercheuse et de l’artisan
ouvrez les vôtres
poutines
marchands d’armes
et de misère
stratèges et militaires
fumez en la terre
et laissez nous dire avec Prévert
« quelle connerie la guerre »
Paris, 24 février
Autobiopoèmes, Les Couleurs de l’Hadès

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s