Les Haïkus de Carole Dailly

Le bain de forêt

Les pas s’allongent, le souffle va

Retrouvent l’origine

Pâle nonchalance

Lumière blanche, ciel bleu froid

Le cœur à l’écoute



Horizon d’étoile

Dans la nuit noire, le pli

Le mystère chuchote


Ciel s’éclaircissant

La pluie épouse la neige

Ouvrir grand les bras

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s