Les Haïkus de Carole Dailly

Ciel nacré d’infini,

Tendres collines boisées,

Proposer une trêve

Tendres arbres nus

Vos branches élancées au ciel

Sèvent tout mon être

Ne rien faire surtout

Chants d’oiseaux, aube lumière

Les arbres murmurent

Tout la lumière

Parfum des arbres en fleurs

Offrande aux vivants

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s