Thierry Mathiasin -L’entour

L’entour,
le bord,
la béance émue
Toute la nuit en
de végétales tracées,
où descendent le trouble,
la folie d’une racine,
le lit d’un ciel d’argile
à la beauté secouée
La Lune dévouée
à son rythme,
en vagues de soupirs,
la chair engloutie
couchant sur sa bouche
l’écho de sa sève


Nu
encre de chine de Latifa Bermes


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s