Nefissa Ayachi – Voici venue la saison de l’absence

Voici venue la saison de l’absence
L’apesanteur de l’adieu suspendu
L’étreinte d’un corps sans empreintes
La métaphore chancelante du souvenir
Offrir sa chair à la douce fêlure
La nudité de la plaie à déshabiller la douleur
Les mains s’accoutument au toucher fantasmatique
En la braise du désir, sans témoins, mutique
Louange dans la pénombre !
Les lèvres orphelines en sainte prière
Célèbrent l’évanescente forme imprévisible
Le désir piégé sur la page en point d’orgue de la passion
Le poème en promesses à rebours
Récite-en ses trames secrètes les éternels ressouvenirs…
Un temps de marbre et de chimères et le silence innommé


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s