Les Haïkus de Carole Dailly

Bleu de nuit profond,

Les chants d’oiseaux dans le froid

Porter haut les mains

Lumière blanche à l’aube

Les rues sont froides et vides

Loin les oiseaux chantent

Tendre mésange

Dans le grand froid du soleil

Son murmure est pur

*

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s