Graziella Masia -Printemps


Printemps où tout renaît de ses cendres
Dès lors, il est impossible d’attendre
L’hiver peu à peu perd de son ampleur
Car désormais il est venu l’heure
De réveiller les nouveaux bourgeons
Et de faire fuir les blancs moutons
Le manteau vert fait place aux pâquerettes
Pour penser à la préparation d’autres fêtes
Quelques sommets résistent de leurs écorces

Qui s’épuisent petit à petit de leur force
Les hirondelles font leur printemps
La saison des amours commence maintenant
Les ruisseaux étincellent de mille éclats
Et le soleil réchauffe les cœurs les plus froid
s

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s