La chèvre et le chou – Une fable de Carmen Montet

La vie est faite de choix

Tout avoir , tu ne pourras !

Celui qui veut être trop conciliable

Se retrouvera tout seul à table.

Il y avait un brave meunier
Qui travaillait à moudre le blé.
Ce brave homme avait un jardin
Où poussaient des pommes, du romarin

De gros choux, des poireaux.
Il acheta une chevrette
Qu’il mit dans un enclos
Mais la coquine biquette

Mangea les légumes aussitôt.

La biquette s’attaqua aux choux

Qui dans leurs courroux

Appelèrent au secours, le maître

Qui éloigna la chevrette.

Il la déplaça et la mit

Dans l’obscurité de l’écurie

Eloignée de tout tentation

 Elle mangerait la paille à foison.

Les choux rescapés ainsi sauvés

Purent grossir et se développer

Mais la petite chèvre dépérissait

Seule dans la pénombre, elle s’ennuyait.

Le brave meunier eut alors pitié d’elle

Et la sortit pour lui faire respirer
L’air pur du potager


Pour qu’elle profite aussi du soleil.

Dès qu’il eut le dos tourné
La biquette s’étant détachée

S’approcha des choux succulents

Et les dévora en peu de temps.

Là-dessus, libre et fière
Elle sauta la barrière
Et s’enfuit vers la rivière.

Elle voulut la traverser

Mais alourdie d’avoir tant mangé

Et ne sachant pas nager

Elle fut emportée dans un tourbillon

Et se noya dans un trou très profond.

Tout estourbi, le meunier se retrouva

Ayant tout perdu d’un coup

La biquette et ses choux
Pour n’avoir pas fait le bon choix !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s