Je me sens devenir Roi…Thierry Montgaillard

Il faut avoir garder un esprit enfantin,
Pour venir dans ce bois s’adresser aux cieux,
Chapelle solitaire plus grande qu’une lieue,
Où je vais écouter l’office du matin.

Ici, le rossignol chante sa messe en latin,
Un lapereau s’occupe du magistère,
Sous l’ombrage d’un faux autel de bruyère,
Un vieux thym se marie avec un romarin….

Les ronces ont mis leurs robes virginales,
Leurs mûres rougissent dès le premier sermon,
Le romarin porte un gros nœud papillon
Et c’est lui qui affole tous les pétales…

Si mon regard s’attarde dans les branchages,
Pour y voir descendre un gentil écureuil,
Qui une fois arrivé devant le seuil,
Donne la bénédiction, que de radotage !

Mais tout ce tralala n’a rien de puritain
Pourtant c’est là que j’aime interroger les cieux,
Chapelle solitaire plus grande qu’une lieue,
Où je vais respirer l’office du matin.

Mélange d’essences dans cette garrigue,
Épices de thym s’unissant au romarin,
La myrte fume d’ambre l’encensoir d’étain,
Dans ce palais d’épices où tout m’intrigue.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s