La grande guerre :  » la der des der  » – La Somme : un Département dans la Grande Guerre – Mathieu Zanetti

1914-1918 : 5 ans d’une guerre qui a ravagé des pays, impactant de nombreux départements dont celui de la Somme qui fut l’un des plus touchés. On ne s’attardera pas ici sur l’Histoire générale de ce conflit mondial, tant les ouvrages sont nombreux sur cette thématique. L’objectif principal est de raconter la Grande Guerre à travers les traces que l’on peut encore percevoir dans la Somme. Voir la Grande Guerre autrement pour se souvenir ! 

1914 : la Guerre commence ! 
Après l’assassinat de l’archiduc d’Autriche-Hongrie François-Ferdinand le 28 juin 1914, les déclarations de guerre se succèdent et le Monde entre dans l’un des conflits les plus meurtriers de son Histoire. Dans la Somme, les Allemands envahissent les villages et villes. Beaucoup de communes sont détruites. Le Front se créé, objectif notamment de la « Course à la mer ».

Amiens occupée : l’épisode des otages
Du 31 août au 12 septembre 1914, Amiens est occupée par les Allemands. Ces derniers exigent une contribution financière et des vivres pour les soldats sur les terrains d’opération, notamment du papier hygiénique. Pour éviter que la population Amiénoise ne se soulève et pour être sûrs d’obtenir ce qu’ils veulent, les Allemands demandent des otages. Treize hommes se portent volontaires, dont des adjoints au maire Alphonse Fiquet. Celui-ci se démène pour obtenir la rançon demandée afin que les otages puissent être libérés. Une fois la rançon obtenue, les Allemands libèrent les otages, leur courage étant honoré par l’appellation nouvelle d’une rue d’Amiens intitulée « Rue des Otages ». Alphonse Fiquet, dont une place porte son nom à Amiens, meurt en 1916.

Mathieu Zanetti

La course à la mer ( 19 Septembre – 15 Octobre 1914)

L’expression  » course à la mer  » est postérieure aux événements qu’elle décrit. L’expression désigne les combats qui ont lieu dans les plaines du nord de la France ( septembre-octobre 1914 ), et qui font suite au repli de l’armée Allemande sur l’Aisne a- près sa défaite sur la Marne. Il s’agit pour les belligérants ( Franco-britanniques /Allemands ) de prendre à revers l’aile de l’armée adverse située le plus au nord afin de l’encercler.  Tous ces mouvements de troupes entraînent une remontée vers la frontière Belge et la Mer du nord ( d’ou la course à la mer ). Cette guerre de mouvement a pour but d’empêcher les Allemands de se rendent maîtres des ports du Nord vitaux à la liaison avec l’Angleterre ( transport de troupes et matériel ). 

Malgré la supériorité tactique et en arme de l’armée Allemande les troupes françaises, bien que mal équipées et épuisées ne céderont jamais. Cette guerre de mouvement se déroule en Artois autour de la ville d’Arras qui ne tombera jamais entre les mains de l’ennemi.

A la mi-octobre, les combats prennent fin entre Arras et Bapaume : les allemands se sont retranchés derrière une ligne de position défensive et n’en bougeront plus : la guerre des tranchées vient de commencer.

Elsapopin

GUERRE

Malheur à ma vie dans cette ère ignoble

Où Dieu à l’horizon s’évapore

de nouveau les gens petits et grands imposent

Leur infernale tyrannie.

Le jour où l’homme se détourna de Dieu

Il éleva l’épée pour tuer son frère

Résonne encore dans son oreille  le vacarme du combat

Qui jeta son ombre sur nos misérables habitats

Aujourd’hui les vieilles harpes pendent

Dans les branches des saules pleureurs

Les cris des jeunes hommes ont nourri le vent

Et la pluie s’est mêlée à leur sang.

Hedd Wyn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s