Louis Zarrazin – Poésie

Regardant passer, la bite glaciale
les détritus de la guerre de tranchée
un Cambronne lointain rugissait !…Salaud
à l’attention des veaux qui passaient dans son près
tout de frais labouré.
On pensé à Iena et ce fut Waterloo
aurait dit le grand Hue-go

Et ce, superposé  à un rythme étoilé
les saveurs de l’été dans ma gorge asséchée
après la tornade désespérée de mes sentiments contrariés    
nous restions désenchantés…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s