L’Atelier d’écriture : textes choisis – Marcelle B


Un soir, j’ai rencontré Dieu.

Un soir, vous n’allez pas me croire, j’ai rencontré Dieu, assis sur un banc, comme un clochard.
Un litron de vin posé à côté de lui, il se grattait la barbe qu’il avait fort longue et crasseuse, en marmonnant :  » Mon Dieu, mon Moi, Qu’est-ce que j’ai fait ? Mon expérience tourne à la catastrophe ! « 
Le petit vieux avait la mine tellement désespérée que je me suis approchée pour lui demander :  » Vous allez bien, Monsieur le Bon Dieu ? Vous n’avez pas l’air d’être dans votre assiette ! « 
Il me répondit dans un profond soupir :  » Ma pauvre créature, le monde que j’ai créé est au bord de l’anéantissement ! Tout ça à cause d’une toute petite erreur dans les équations de départ ! Tout ce travail pour rien !… ET… puis, je suis si fatigué… Personne pour m’aider… Tous mes saints sont en Enfer car ils y ont un meilleur salaire… »
Je lui suggérai :  » Tout n’est pas perdu, Bon Dieu, je peux refaire vos calculs ! J’ai étudié les Mathématiques dans ma jeunesse. Laissez-moi voir vos travaux ! « 
Dieu sortit de son long manteau maculé de taches, pas très catholique, un listing informatique et m’indiqua d’une voix tremblante l’équation qui posait problème :

-Regardez, c’est ici… C’est le facteur humain, j’ai oublié de l’élever au carré ! Tout est à recommencer !
Et, dans un accès de rage, il déchira toutes les pages du programme.
La terre fut alors engloutie dans un trou noir, et la majorité de ses habitants recyclée sur Andromède.
Dieu m’a embauchée comme assistante et j’espère une promotion l’an prochain car la nouvelle Terre paraît plutôt bien partie…

( Texte largement inspiré par Bernard Werber )

-Philomène Al’ ApatJe m’appelle Philomène Al’ Apat, Phil Al’ Apat pour ses amis. Je suis ostéopathe. Monsieur l’agent, je vous en prie, j’ai une patiente qui m’attend de toute urgence ! C’est une vache, une belle Salers rouge. Elle est au plus mal !

-Une vache ?!? Vous vous moquez de moi, madame, cornebidouille ! Les ostéopathes ne soignent pas les vaches !

-Mais si, monsieur l’agent, je vous assure, je masse les bovins et non les humains. C’est un métier apparu il y a peu, après le grand krach de deux mille neuf. Voyez-vous, j’ai toujours eu la passion des vaches. J’ai exercé un peu toutes les professions en rapport avec elles au cours de mon existence. J’ai inventé le fromage en poudre qui tient moins de place dans le frigidaire de la ménagère. Le principe est simple : il suffit de bombarder le fromage de particules élémentaires dans l’accélérateur géant de Hadrons en Suisse pour le réduire en particules alimentaires. Le seul problème réside dans la reconstitution du fromage…Je n’ai, hélas, jamais trouvé la solution.
Plus tard dans ma vie, ayant constaté le nombre impressionnant de vaches foudroyées pendant l’été, j’ai étudié la météorologie et fabriqué un parafoudre à placer sur les cornes des bovidés…Malheureusement, les vaches ne supportaient pas l’appareillage.
Maintenant, je soigne les maux divers et variés des bovidés. J’ai eu de curieux cas à traiter. Récemment un veau était atteint de mouchophobie, il devenait fou furieux chaque fois qu’une mouche volait près de lui. Mes massages l’ont guéri… Je trouve que vous avez le teint blafard, monsieur l’agent…Un petit coup de fatigue sans doute ? En principe je ne soigne pas les humains, mais pour vous, je pourrais faire une exception…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s